Portrait : Matthieu Ricard, de l’Institut Pasteur au Dalaï Lama

matthieu-ricard-header (roadlesstraveled.tv)
J’ai déjà parlé de Matthieu Ricard, à plusieurs reprises sur le blog (les habitudes du bonheur, Plaidoyer pour le bonheur) et ça fait déjà un moment que je vous promets de brosser le portrait de celui qu’on nomme parfois « l’homme de plus heureux du monde« . Voilà qui va être fait d’ici quelques instants !

Matthieu Ricard est un moine bouddhiste qui vit dans l’Himalaya depuis maintenant plus de quarante ans. Pourtant au départ, rien ne semblait prédestiner Matthieu à choisir cette voie.

 

Chronologie d’un parcours atypique

Matthieu nait dans le sud de la France, en 1946, d’un père philosophe reconnu et membre de l’académie française (rien que ça !) : Jean-François Revel et d’une mère artiste-peintre : Yahne Le Toumelin.

C’est ainsi que le petit Matthieu grandit dans un univers où se côtoient les personnalités et les idées les plus créatives des milieux intellectuels de l’époque. Un environnement stimulant composés de philosophes, de penseurs, d’artistes, de musiciens, d’explorateurs, de grands savants… A priori rien qui ne laisse présager son choix futur choix pour le bouddhisme.

Dans sa jeunesse, Matthieu est passionné par la musique classique, l’ornithologie, l’astronomie, la photographie. Il suit un cursus scientifique, qui le conduit à mener une thèse en génétique moléculaire à l’Institut Pasteur, sous la tutelle de François Jacob (prix Nobel de médecine, excusez du peu !)

Au cours de sa jeunesse il éprouve un intérêt croissant pour la vie spirituelle. Ainsi, il lit divers ouvrages sur différentes traditions spirituelles telles que le christianisme, l’hindouisme, le soufisme, mais peu sur le bouddhisme. Il faut dire que dans les années soixante, les écrits sur cette philosophie ne courraient pas les rues en occident…

A 20 ans, alors qu’il vient de rentrer à l’Institut Pasteur, il voit un film sur les grands maîtres tibétains. Tout de suite, il est captivé par leur apparence physique et la façon dont ils parlent. Il est fasciné par les moines et la sérénité qu’ils dégagent.

Il voit en eux des êtres à l’image même de ce qu’ils enseignent. Et raconte même y avoir vu selon lui la perfection sur le plan humain.

En effet, bien que vivant parmi l’élite intellectuelle française, il considérait que le génie manifesté par ces personnes dans leur domaine, ne s’accompagnait pas toujours des qualités humaines telles que l’altruisme ou la bonté. Alors que les moines semblaient appliquer ce qu’ils enseignaient.

 

 

Changement de cap

Ainsi, en 1967, pour satisfaire cet intérêt pour la sagesse occidentale, Matthieu se rend en Inde pour y rencontrer les grands maîtres spirituels du Tibet.

Il y trouve son premier maître spirituel, Kangyour Rinpoché, auprès duquel il suit ses premiers enseignements. Matthieu décrit cet homme comme rayonnant de bonté, de force, de sérénité et d’amour. Cela confirme l’idée qui avait déjà des moines bouddistes.

Ensuite, il rentre en France afin d’y effectuer la première année de sa thèse.

Il fait plusieurs autres voyages dans les Himalayas et mêle ainsi carrière scientifique et vie spirituelle pendant plusieurs années.

Puis, en 1972, une fois sa thèse terminée, il prend la décision d’aller s’installer dans l’Himalaya afin de suivre les enseignements de son maître.

C’est ainsi que Matthieu Ricard abandonne sa brillante carrière scientifique occidentale, pour vivre pleinement sa vie spirituelle auprès des plus grands sages orientaux.

Matthieu-Ricard-Un voyage immobile

 

Pas un virage à 180°, une continuité

Matthieu ne considère pas ce changement de cap en en contradiction avec l’esprit scientifique, qui est avant tout la recherche de la vérité. En fait, il choisit cette voie, car il considère que la science si puissante soit-elle est incapable d’élucider les mécanismes du bonheur et de la souffrance.

Son changement de vie n’est nullement un rejet de la recherche scientifique, mais le fruit de la constatation qu’elle est incapable de résoudre les questions fondamentales de l’existence. La science ne suffisait pas à donner un sens à sa vie, le bouddhisme semblait pouvoir le faire.

 Matthieu-Ricard-photo-arc-en-ciel-2

 

 

Un moine occidental au Népal

Depuis lors, il a vécu en Inde, au Bhoutan et au Népal. Il a ainsi pu vivre et étudier auprès de certains des plus grands maîtres de la tradition bouddhiste tibétaine, dont le Dalaï-lama.

Il est ordonné moine en 1978 et est pendant 13 ans l’intendant de Dilgo Khyentsé Rinpoché l’un des grands visionnaires du bouddhiste tibétain du XXème siècle. Ce dernier a été notamment le maître spirituel du Dalaï-lama.

En 1980, il rencontre pour la première fois le Dalaï-Lama, dont il devient l’interprète pour le français à partir de 1989.

Depuis 40 ans, il médite et en est maintenant à plus de 40 000 heures de pratique méditative. Il a également étudié et traduit pendant 20 ans les textes sacrés fondamentaux du bouddhisme tibétain, dont il est l’un des spécialistes mondiaux.

Il réside actuellement dans le monastère de Shéchèn, au Népal, où il se consacre à la vie monastique, à la préservation de la culture tibétaine et, au Tibet, à des projets humanitaires.

 Matthieu-Ricard-photo-prairie

 

 

Une implication humanitaire depuis 40 ans

Matthieu dédie l’intégralité de ses droits d’auteurs et les bénéfices de ses conférences à plus de cent projets humanitaires qu’il a créé dans les régions himalayennes (cliniques, écoles, orphelinats, maisons de retraite et de soins pour les personnes âgées, construction de ponts, formation professionnelle (www.karuna-shechen.org) et à la sauvegarde de l’héritage culturel tibétain (www.shechen.org).

Il a été décoré Chevalier de l’Ordre National du Mérite par le président François Mitterrand pour ses projets humanitaires et ses efforts pour la préservation de l’héritage culturel de l’Himalaya.

 

 

Le bouddhisme au service de la science occidentale

Depuis 2000, Matthieu fait partie du Mind and Life Institute, qui facilite les rencontres entre la science et le bouddhisme, et il participe activement à des travaux de recherche qui étudient l’influence de l’entraînement de l’esprit à long terme sur le cerveau, en collaboration avec des universités prestigieuses telles que Princeton ou Berkeley.

Dans cette vidéo il évoque ses recherches : TED – Les habitudes du bonheur

 

 

Ce que j’apprécie chez Matthieu Ricard

Pour moi Matthieu est un sage. Ce que j’apprécie tout particulièrement c’est sa double compétence : scientifique et bouddhiste.

Alors qu’il est facile pour un scientifique de parler sur le bouddhisme sans rien en connaître ou pour un bouddhiste d’évoquer la science sans avoir la moindre idée sur le sujet, Matthieu Ricard est un scientifique bouddhiste, voire même un bouddhiste scientifique, au choix !

Ses études sur les résultats de la méditation sur les hommes en est un parfait exemple. On a une application d’une pratique bouddhiste, étudiée par la science occidentale, qui met en lumière ses bienfaits. Les cultures orientale et occidentale travaillent ensemble, dans un but commun.

Si vous lisez des ouvrages ou des récits de Matthieu Ricard, je pense que vous serez frappé par la puissance et la qualité des métaphores qu’il utilise dans son discours. Il faut dire que la tradition bouddhique dans son ensemble est une inépuisable source d’images et de métaphores.

La puissance de ces images est pour moi mise en valeur de façon magistrale dans le livre « Le moine et l’astrophysicien ». Matthieu discute avec Trinh Xuan Thuan, de nombreux sujets, et notamment de physique quantique, sujet ô combien abstrait. Et les métaphores rendent le sujet d’une limpidité cristalline !

Ce que certains spécialistes expliquent avec des équations longues comme des encyclopédies, lui les expriment en quelques lignes d’une façon passionnante et compréhensible par le plus grand nombre.

 

De plus, que ce soit pendant sa carrière scientifique avec François Jacobs (prix Nobel de Biologie) ou depuis sa conversion au bouddhisme avec Le Dalaï Lama, ainsi que Dilgo Khyentsé Rinpoché (maître spirituel du Dalaï Lama), Matthieu Ricard a toujours su s’entourer de personnes de premier plan dans son domaine.

 matthieu-ricard1 (roadlesstraveled.tv)

 

 

Une bibliographie riche en pépites d’or

Il est l’auteur de plusieurs livres, notamment :

Plaidoyer pour le bonheur, j’en parle dans l’article Plaidoyer pour le bonheur

L’art de la méditation, un grand classique

Le moine et le philosophe, un dialogue avec son père

L’infini dans la paume de la main, dialogue avec l’astrophysicien Trinh Xuan Thuan

Chemins spirituels, petite anthologie du Bouddhisme tibétain

La citadelle des neiges

En tant que passionné de photographie, Matthieu Ricard trouve dans les hauteurs himalayennes une source infinie d’inspiration. Voici ses livres consacrés à la photo :

L’esprit du Tibet, Himalaya bouddhiste

Tibet : Regards de compassion

Un voyage immobile : L’Himalaya vu d’un ermitage

Moines danseurs du Tibet

Bhoutan : Terre de sérénité

108 Sourires

Matthieu-Ricard-Tibet-Regards de compassion

Je vous rappelle que l’intégralité des droits d’auteurs de Matthieu est reversée à des associations caritatives. Allez-y  ! vous vous faites du bien et vous faites du bien aux autres !

 

Pour en savoir plus sur Matthieu Ricard :

Son site internet : http://www.matthieuricard.org/

Ses photos : http://www.matthieuricard.org/index.php/gallery/

Ses livres sur Amazon : cliquez ici

 

credits photo : Matthieu Ricard et Road Less Traveled 

 

Vous avez aimé ce portrait ? Vous pensez que Matthieu Ricard gagne à être connu ? Partagez cet article sur Facebook !

 

Vous pouvez laisser un commentaire (en dofollow dès le 1er commentaire), ou un trackback depuis votre site.

8 commentaires dans “Portrait : Matthieu Ricard, de l’Institut Pasteur au Dalaï Lama”

  1. Jerome (8 comments) dit :

    Bonjour
    Les bouddhistes sont des gens vraiment surprenant tellement ils sont tournés vers les autres et la sérénité. ils m’ont toujours impressionnés.

  2. thomas (6 comments) dit :

    Un parcours vraiment impressionant. Si je pouvais être la moitié de ce qu’il fait je serais déjà bien heureux =)

  3. Cédric (2 comments) dit :

    Merci beaucoup pour cet article complet sur ce sage que j’apprécie beaucoup !

  4. BRAIK (5 comments) dit :

    J’ai pu voir à la TV ( FR2 ) des interviews de moines bouddhistes qui dégageaient une telle sérénité que l’émission terminée, je n’avais qu’une envie, revoir cette émission car les paroles et l’attitude reflétaient un tel amour et une paix si grande que j’enviais ces hommes qui avaient la chance de vivre dans un tel environnement.
    Il y a quelques années, une bouddhiste de passage dans la ville où j’habite m’a demandé un renseignement et nous avons beaucoup discuté ( elle rejoignait un groupe qui allait rencontrer le Dalaï Lama); elle m’a laissé un portrait de celui-ci. Il est toujours sur mon frigidaire ( c’est un aimant ) et quand je regarde son sourire épanoui, cela me rassure, il est si communicatif.
    OUI, leur vie est le reflet d’un cheminement lent vers la sérénité et je les admire.

    • Guillaume (278 comments) dit :

      on retrouve cette paix et cette sérénité, dans tous les écrits de Matthieu Ricard. C’est étonnant comme la lecture de ses ouvrages est reposante et apaisante !

  5. Lefèvre Lucas (3 comments) dit :

    Bonsoir,

    Votre article m’a donné envie d’acheter ses livres. 🙂

    Il est vrai qu’ils sont fascinant ces moines tibétains.

    Merci pour cet article.

  6. Jean (1 comments) dit :

    Bonjour,

    Je ne connaissais pas grand chose de Matthieu Ricard et cet article m’a donné envie d’en apprendre plus sur sa vie et sur le bouddhisme.

    Donc merci pour cet article 🙂

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | iCellPhoneDeals.com has the best cell phone Deals. | Thanks to Upgrade Sprint Phone, MMO Games and Conveyancing