Comment se porte l’économie du sport avec les contraintes sanitaires ?

 

Si la majorité des pays parviennent à maintenir la tenue de compétitions nationales et internationale, la pandémie de Covid-19 remet tout de même en cause plusieurs compétitions. Quelle est la situation actuelle au niveau du sport ?

Economiquement parlant : ce que l’on dit

 

Selon les estimations de BPCE, la filière sportive enregistre une baisse de 20 % environ si l’on compare à 2019. Si l’on se base sur la croissance attendue en 2020, cette perte d’activité est surtout due à la crise sanitaire et est évaluée à 25 % environ. Une entreprise sur 4 annonce même des pertes allant jusqu’à 50 %. Pourtant, on constate aussi un nombre de création d’entreprises élevé, un nombre de défaillances en baisse de 27 %. La résistance à cette pandémie change en fonction des dimensions d’une entreprise. Les TPE et PME sont touchés. Certaines ont misé sur l’endettement à la consolidation des fonds propres. 

 

Quid des associations sportives ?

La crise de la Covid-19 a aussi touché les associations sportives, enregistrant une baisse des revenus de 35 % en moyenne. 

  • 69 % de ces entreprises déclarent une baisse du budget de plus de 50 % pour 15 à 20 % d’entre elles.
  • Cela s’explique par les diverses sources de revenus : adhésions, événements… Cela les rend vulnérables à la crise.

La gestion du flux de trésorerie

On recense deux principales difficultés rencontrées par les entreprises sportives ou celles vendant des vêtements sport homme ou femme, à cause de la crise sanitaire :

  • la réduction de la demande ;
  • les soucis de trésorerie.

Les sociétés qui se focalisent sur l’enseignement ou les salles et les clubs de sport sont plus sensibles aux questions relatives à la trésorerie. Les entreprises plus grandes se projettent plus dans les modalités de reprise de leur activité

 

Les aides de l’Etat : un point important

 

La majorité des entreprises et des associations ont recours à des aides gouvernementales pour survivre. La nature des aides change en fonction de la taille de l’entreprise et de son bilan. Il est possible de faire une demande de prêts garantis par l’Etat ou PGE, mais cela croît en fonction du CA et de la solidité du bilan des entreprises.

 

Le retour à la normale en 2022

 

75 % des entrepreneurs du sport se disent être en confiance en ce qui concerne l’avenir de leur société. Le reste estime que le domaine du sport peut renouer avec le succès à moyen terme. Toutefois, croire en l’avenir est assez compliqué. Cela dépend de la taille de celle-ci et surtout de l’intensité du choc subit durant les périodes de crise. Malgré cela, le retour normal est estimé pour près de 80 % des entreprises à la fin de l’année de 2022. 

 

Ce que l’on retient sur l’importance du sport

 

On ne peut donc ignorer les mesures de confinement prises durant la pandémie de la Covid-19 impactant directement sur le domaine sportif. A-t-on repris une activité normale en ce qui concerne les ligues et autres tournois sportifs ? Comment protéger sportifs, travailleurs et supporters ? Certes le report des J.O 2020 et d’autres événements majeurs sportifs ont donné le temps aux sportifs de mieux s’entraîner. Cependant, l’arrêt des compétitions a créé un déficit foncier provoqué par la suspension de l’activité économique et sociale dans le monde. En outre, si les activités sportives ont une portion de risques pour les droits humains, le manque d’activité physique a aussi ses impacts négatifs (si l’on se base sur les enfants et les jeunes touchés ces derniers temps). La promotion des valeurs du sport, d’un mode de vie sain et de la pratique d’une activité physique régulière est plus que jamais nécessaire.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn