Demon Slayer : Kimetsu no Yaiba Episode 1 – Cruauté : Critique « 

##Tueur de démons : Kimetsu no Yaiba Episode 1 – Cruauté : Revue##/MT##

 

 

Participant tardif à la fête, quoi de neuf chez moi. Après avoir vu cette image de Demon Slayer : Kimetsu no Yaiba Episode 1 – Cruelty flottant autour de moi, j’ai décidé de vérifier ce nouvel anime et je suis heureux de l’avoir fait.

 

Synopsis

 

Pour vous donner une rapide idée du synopsis :

 

Depuis les temps anciens, les rumeurs abondent sur des démons mangeurs d’hommes qui se cachent dans les bois. A cause de cela, les habitants de la ville ne s’aventurent jamais dehors la nuit. La légende veut qu’un tueur de démons erre également dans la nuit, chassant ces démons assoiffés de sang. Pour le jeune Tanjirou, ces rumeurs vont bientôt devenir sa dure réalité…

 

Depuis la mort de son père, Tanjirou a pris sur lui de soutenir sa famille. Même si leur vie est durcie par la tragédie, ils ont trouvé le bonheur. Mais cette chaleur éphémère est brisée un jour où Tanjirou découvre que sa famille a été massacrée et que la seule survivante, sa sœur Nezuko, est devenue un démon. À sa grande surprise, cependant, Nezuko montre encore des signes d’émotion et de pensée humaine…

 

C’est ainsi que commence la quête de Tanjirou pour combattre les démons et rendre sa sœur à nouveau humaine.

 

Ce que j’ai aimé

 

Je dois dire que les visuels et le style d’animation de Demon Slayer : Kimetsu no Yaiba Episode 1 étaient incroyables. J’ai aimé la prémisse et l’idée derrière les démons mangeurs d’hommes qui ne sortent que la nuit. Ce sont peut-être des vampires, mais il est trop tôt pour le dire. L’OST était stupéfiante et a vraiment apporté le sentiment et l’ambiance de l’épisode. On dirait que j’ai trouvé un autre super anime à chroniquer. Et à en juger par l’étalage tactique que Tanjirou a montré en affrontant Giyuu et la persona badass de Giyuu, nous pourrions être dans des combats épiques.

 

Dans l’ensemble, je suis impressionné par le premier épisode et j’ai hâte de voir le prochain.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn