Les liquides à vérifier sur votre véhicule

L’entretien de votre voiture implique la vérification régulière des fluides essentiels. Contrairement à ce que beaucoup d’automobilistes peuvent croire, certains contrôles de liquide peuvent se réaliser sans l’expertise d’un garagiste. Voici comment vérifier par vous-même les liquides de votre véhicule.

Comment vérifier votre liquide de frein ?

Le liquide de frein contribue au fonctionnement optimal du système de freinage de votre véhicule. S’il est trop vieux ou insuffisant dans le circuit, cela peut endommager vos freins et par conséquent mettre votre vie en danger. Pour votre sécurité et celle des passagers, il est donc important de vérifier régulièrement son niveau tous les ans ou tous les 10 000 km. En cas de besoin de liquide de frein pour votre voiture, vous pouvez vous référer à des boutiques spécialisées en ligne. Préférez une plateforme qui propose une large gamme de produits afin de trouver rapidement l’huile appropriée à votre moteur. Pour profiter d’un bon rapport qualité-prix, optez pour un site qui distribue des marques de référence de liquide de frein.

Il est possible de vérifier le liquide de frein par vous-même sans l’assistance d’un professionnel. Stationnez le véhicule sur un terrain plat et horizontal avec le frein à main serré. Ouvrez ensuite le capot et assurez-vous que le moteur a bien refroidi. Repérez le réservoir du liquide, en général, il est placé du côté gauche du conducteur. Il s’agit d’un bocal en plastique translucide équipé d’un bouchon dévissable. Si vous n’arrivez pas à la reconnaître, référez-vous aux plans du moteur dans le manuel du véhicule.

Le réservoir est marqué de deux traits « max » et « max » (minimum et maximum) qui permettent de jauger le niveau. Normalement, le niveau du liquide doit toujours se trouver entre ces deux traits. S’il se situe au-dessus de la barre supérieure (max), alors tout va pour le mieux. En revanche, s’il se retrouve en deçà du trait inférieur (min), il est conseillé d’effectuer un appoint de fluide. Si la situation persiste, n’hésitez pas à solliciter l’expertise d’un professionnel pour vérifier l’état des freins (plaquettes et disques) ou la présence d’une fuite de liquide.

liquide de frein vérification

Quel liquide de frein acheter pour votre entretien ?

Pour préserver votre système de freinage et donc l’état général du véhicule, il est primordial d’acheter le liquide de frein spécifié à l’entretien de votre voiture. Il existe en effet diverses catégories de liquides. Les types de fluide couramment utilisé sont les :

  • DOT 4 : le plus performant et le plus utilisé,
  • DOT 3 : adapté aux freins à tambour,
  • DOT 5,1 : le plus performant et le plus adapté aux conduites sportives,
  • DOT 5 à base de silicone : particulièrement utilisé pour les véhicules militaires,

Pour acheter le liquide de frein adapté à votre voiture, consultez et respectez les prescriptions du constructeur du véhicule. Le DOT (Department Of Transportation) est la norme de référence des performances des liquides hydrauliques de freinage. Les chiffres correspondent à l’équivalence de la température d’ébullition de chaque liquide de frein.

Comment vérifier votre liquide de refroidissement ?

Le liquide de refroidissement est élaboré pour réguler la température du moteur en toute saison. Pour maintenir une température optimale et éviter la surchauffe du moteur, il est recommandé de vérifier chaque mois le niveau du liquide. Ouvrez alors le capot, et identifiez le réservoir concerné : le vase d’expansion se trouve en général à l’avant du moteur, à côté du radiateur.

La plupart du temps, il s’agit d’un bocal transparent gradué de deux traits : « mini » et « maxi ». Le liquide de refroidissement (souvent coloré) doit normalement se situer entre ces deux traits. S’il se retrouve sous la graduation « mini », vous devez penser faire un appoint de liquide. Pour des mesures de sécurité, avant de procéder au complément, assurez-vous que le moteur a complètement refroidi.

Dans bien des cas, la baisse du niveau du liquide est due à une fuite dans le circuit de refroidissement. Il peut aussi s’agir de la conséquence du dysfonctionnement d’une des pièces suivantes :

  • les durites,
  • le radiateur,
  • la pompe à eau,
  • le joint de culasse.

Si le souci devient récurrent, il convient de solliciter les services d’un garagiste.

Quel liquide de refroidissement acheter ?

Pour refroidir comme il se doit votre moteur, il est important d’acheter du liquide de refroidissement compatible à votre véhicule. Il existe plusieurs types de liquide de diverses couleurs (jaune, bleu ou rose). Ces colorations sont censées vous orienter puisque chacune d’elle est spécifique à un type de liquide. Il existe deux grands types : le C et le D/G.

Le premier est constitué de produit d’origine minérale. Il est reconnaissable par sa couleur bleue ou verte. C’est le moins onéreux sur le marché des fluides. Il a toutefois une durée de vie moins longue et offre une protection moins élevée. L’utilisation des liquides de type C dépend notamment des recommandations du constructeur de l’automobile. Au cas où vous décidez d’adopter ce type de liquide, prévoyez d’effectuer la vidange totale du circuit tous les deux ans.

Le deuxième type quant à lui est essentiellement composé d’éléments d’origine organique, il se présente la plupart du temps sous une couleur jaune, rose ou rouge. Bien que les liquides du type D/G garantissent une meilleure protection, fiez-vous toujours au carnet d’entretien de votre voiture avant de vous décider. Si vous optez pour ces fluides, vous devez songer tous les quatre ans à la vidange complète de votre circuit.

Comment vérifier votre huile moteur ?

L’huile sert à lubrifier tout le mécanisme à l’intérieur du moteur, particulièrement dans la chambre à combustion. Un défaut d’huile moteur peut donc occasionner l’usure rapide des pièces comme le piston ou le segment. Il convient alors de contrôler régulièrement le niveau du fluide pour éviter d’endommager prématurément votre moteur.

Pour l’opération, garez-vous sur une surface plane et horizontale. Attendez que le moteur refroidisse. Ouvrez le capot et identifiez la jauge d’huile moteur. Elle est facilement identifiable par une boucle souvent de couleur jaune portant la mention « huile moteur ». Retirez-la et essuyez-la à l’aide d’un chiffon. Replongez ensuite la jauge dans le compartiment, puis ressortez-la à nouveau. Vous constaterez alors le niveau réel de l’huile qui normalement doit se situer entre les marques de limite « min » et « max ».

Au cas où l’huile est en dessous de « min », il faudra en compléter jusqu’à ce qu’elle atteigne le niveau « max ». En revanche, si elle est au-dessus de l’indication « max », alors votre niveau d’huile est normal. Dans les deux cas, vous devez également vérifier la qualité de l’huile sur la jauge. Elle doit être propre (sans débris, ni trop noire) et bien visqueuse. Autrement, une vidange du moteur sera nécessaire.

Quelle huile moteur acheter ?

Il est important de choisir l’huile la plus adaptée pour votre moteur. Le choix s’effectue essentiellement suivant trois critères : le type de carburant, la fréquence annuelle de vidange et le type de conduite. Il existe trois catégories d’huiles moteur.

Les huiles synthétiques (5w30 et 5w40)

Les synthétiques sont des huiles compatibles avec les moteurs essence et diesel. Ce sont des fluides qui s’adaptent parfaitement à la conduite citadine et sur route. Elles sont les mieux indiquées si vous êtes un amateur de vitesse. Elles maintiennent une bonne fluidité et une viscosité optimale. Elles facilitent aussi le démarrage à froid et durent plus longtemps, assurant donc une faible fréquence de vidange.

L’huile semi-synthétique (10w40) et minérale (15w40)

Les semi-synthétiques (10w40) conviennent également aux moteurs à essence et diesels. Elles sont notamment recommandées pour la conduite urbaine et sur route à des vitesses modérées. Si les moteurs essence profitent d’une bonne fréquence de vidange, les moteurs diesels n’avoisinent que la fréquence standard (10 000 km environ).

Si vous avez un véhicule diesel ancien (sans turbo) ou essence avec un kilométrage important au compteur, privilégiez les huiles minérales (15w40). Elles sont plus épaisses et compensent mieux une consommation d’huile importante.

Facebook
Twitter
LinkedIn