Je suis sûr qu’à présent vous voyez le lien entre les attentes et divers aspects des finances personnelles.

Pour commencer, la gestion des attentes est directement liée à l’inflation du style de vie et au tapis roulant hédonique. Les gens s’habituent naturellement à tout ce qu’ils ont. Lorsque votre situation s’améliore, vous ressentez un élan initial d’excitation parce que votre nouvelle vie est meilleure que l’ancienne. Votre réalité dépasse vos attentes.

Au fil du temps, cependant, vos attentes s’ajustent à la nouvelle réalité. Vous vous habituez à l’amélioration de vos circonstances. Un dîner à sept euros était autrefois un plaisir. Maintenant, vous appréciez à peine un dîner à 70 euros au restaurant italien du coin. Vous n’êtes pas heureux jusqu’à la prochaine fois que vos circonstances connaissent un coup de pouce.

C’est l’inflation du style de vie. C’est le tapis roulant hédonique.

Les attentes jouent également un rôle lorsqu’il s’agit de prendre des décisions. Je cite fréquemment Le paradoxe du choix de Barry Schwartz. Dans ce livre, Schwartz décrit ses recherches sur deux groupes de personnes, les Maximiseurs et les Satisfacteurs :

  • Les Maximiseurs sont ceux qui n’acceptent que le meilleur. Chaque fois qu’ils font un achat (ou n’importe quoi d’autre, d’ailleurs), ils ont besoin d’être sûrs d’avoir pris la meilleure décision possible. Lorsqu’il achète des chaussures, par exemple, un Maximiseur veut examiner toutes les options. Il veut comparer les prix. Et même après avoir fait son achat, il s’inquiète d’avoir peut-être manqué une meilleure chaussure ou un meilleur prix dans un autre magasin.
  • Les Satisfaisants, en revanche, ont appris que, contrairement à la sagesse conventionnelle, assez bon est souvent. Les Satisfaisants ont appris à se contenter de quelque chose d’autre que le meilleur. Une personne satisfaite a toujours des attentes et des normes, mais une fois qu’elle a trouvé quelque chose qui répond à ces normes, elle l’achète. Lorsqu’il achète des chaussures, un Satisfacteur se contente d’une paire qui répond à ses besoins à un prix qu’il peut se permettre.

Comme vous pouvez le deviner, les Maximiseurs ne sont pas aussi heureux que les Satisfacteurs. Dans ses recherches, Schwartz a constaté que :

  • Les Maximiseurs sont plus susceptibles de regretter leurs achats malgré le fait qu’ils se sont (en théorie, du moins) rapprochés que les Satisfacteurs de la meilleure décision.
  • D’un autre côté, les Satisfacteurs se sentent généralement plus positifs par rapport à leurs achats. Ils savent qu’ils ont fait un choix qui a répondu (ou dépassé) à leurs attentes.
  • Les maximisateurs apprécient moins les événements positifs que les satisfaits, et ils ne font pas aussi bien face aux événements négatifs.

Ce concept est étroitement lié au perfectionnisme, que j’ai commencé à considérer comme ” la malédiction des attentes élevées “.

Lorsque vous attendez le meilleur, vous ne serez jamais mieux que satisfait. Si vous obtenez le meilleur, vous obtenez seulement ce que vous attendiez. Il n’y a aucun moyen pour quiconque ou quoi que ce soit de vous satisfaire en dépassant vos attentes. Et la plupart du temps, les choses ne seront pas à la hauteur de vos attentes, vous serez donc déçu.

Lorsque vous abaissez la barre, cependant, vous avez moins de chances d’être déçu. Bien sûr, parfois les gens ne seront pas à la hauteur de vos attentes, mais comme vous n’attendez pas la perfection, ces échecs se produiront moins fréquemment et vous causeront moins de malheurs. La plupart du temps, vous obtiendrez exactement ce que vous attendez. Et parfois, quelqu’un ou quelque chose dépassera vos attentes, et cela vous apportera de la joie.

Abaisser mes attentes

J’ai grandi dans une vieille maison en caravane abîmée. J’ai grandi dans la pauvreté. J’ai grandi dans une famille avec de très faibles attentes. Ces faibles attentes m’ont bien servi pendant de très nombreuses années. Elles m’ont rendu adaptable et résilient. Depuis mon départ pour l’université en 1987 jusqu’au moment où Kris et moi avons acheté notre deuxième maison en 2004, tout dans ma vie s’est constamment amélioré par rapport à ce qui avait été fait auparavant. Il n’y avait nulle part où aller si ce n’est vers le haut !

Mais peu de temps après, mes attentes ont commencé à changer. J’ai connu l’anxiété pour la première fois. J’ai perdu cet esprit “happy go lucky” de ma jeunesse.

Je veux retrouver cet esprit.

Ma révélation de la fin janvier m’a poussé à réfléchir profondément à la direction de ma vie. Je me pose des questions fondamentales, dont la plupart (mais pas toutes) sont liées à mes attentes.

Par exemple : Anne et moi devrions-nous nous marier ? C’est gênant à admettre, mais j’ai réalisé que je ne m’étais pas pleinement engagé auprès de Anne. Je ne sais pas trop pourquoi, mais une partie de moi se retenait. Je voulais qu’elle soit meilleure. Je voulais qu’elle soit parfaite. KAnneim n’est pas parfaite. Elle est humaine. J’aime Anne, et c’est injuste de ma part de ne pas m’investir totalement dans cette relation. J’ai décidé que je suis prêt à m’investir totalement.