Revue du salon de la mode masculine AW14

 

 

 

Bonjour mon petit pois ! Nous avons la dernière de nos avant-premières des capitales européennes du style pour cette saison, enfin pour la saison prochaine mais ne confondons pas les choses. Cette fois-ci, comme si elle avait besoin d’une introduction, bien sûr, la ville de l’amour, Paris.

Il s’agit de la ville de l’amour.

 

Louis Vuitton

 

Pour notre délectation, il y a d’abord l’une des plus anciennes maisons de mode et les billets les plus chauds de tous les défilés de mode masculine de Paris, Louis Vuitton, sous la direction de style de l’uber talentueux Brit Kim Jones. Kim Jones a montré qu’il a non seulement parcouru un long chemin depuis ses collaborations en tant que jeune designer avec TOPMAN et la marque de sport Umbro, mais qu’il a également affiné ses talents pour produire certaines des collections les plus sublimes de ces dernières années pour la maison Vuitton. Pour l’automne/hiver 14, le spectacle axé sur les tendances n’était pas aussi évident que les saisons précédentes, optant pour laisser les vêtements parler, mais était vaguement inspiré par le voyage de Kim dans le désert d’Atacama en Amérique du Sud.

 

Kris Van Assche

 

Au tour de l’un des hommes les plus occupés des salons masculins de Paris, Kris Van Assche, avec la première de ses deux présentations de la semaine, en premier lieu sa propre collection signature. Ici, nous avons montré une gamme totalement portable et plutôt commerciale de Van Assche, nous offrant de la couleur, des motifs à chevrons et des points vertigineux accrocheurs.

 

Dior Homme

 

Puis, d’un bond et d’un saut littéral, la deuxième collection de Monsieur Van Assche, qui vous avait dit qu’il était occupé, chez Dior Homme. Si nous avions des doutes quant à ses tendances de Dotty, ils ont été confirmés ici. On nous les a proposés en costumes, chemises, chaussures, cravates, honnêtement vous le nommez, il était couvert de points, mais s’il vous plaît ne soyez pas découragé, il a réussi à tirer cela, pour citer M. Kenny Everett, tout a été fait avec le meilleur goût possible !

 

Ami

 

Maintenant, Ami’s, Alexandre Mattiussi continue son assaut pour devenir la marque préférée de la presse de style et il n’est pas surprenant de savoir pourquoi. Il s’avère être un maître Jedi dans l’art de produire des collections qui ont ce charme simple, discret et élégant, mais qui crient tout le temps, ta vie ne sera pas complète sans moi dedans !

 

Umit Benan

 

Dans la dernière ligne droite, nous avons un nom qui, au cours des deux dernières saisons, a fait beaucoup de bruit à Milan, mais qui, pour cette saison, a déménagé à Paris. Né en Turquie, Umit Benan choisit chaque saison un personnage sur lequel il base sa collection. Dans le passé, il s’est inspiré des chauffeurs de taxi de sa capitale d’origine, Istanbul, des rockers vintage ou même des banquiers d’affaires. Mais cette saison, nous nous sommes tournés vers Jackie Robinson, qui ? La première star afro-américaine du baseball. La présentation avait donc un côté très années 1940, des références politiques au manque de liberté que Robinson a dû supporter à cette époque.

 

Paul Smith

 

Et voici le dernier de nos créateurs, nous avons commencé par un Britannique qui créait pour une maison de couture française et nous terminons par un créateur britannique qui défile à Paris. Rien de moins que Sir Paul Smith, qui a assoupli ses silhouettes cette saison et s’est inspiré pour sa collection d’une autre figure emblématique, Jim Morrison, pourrait-on dire. Donc pas de surprise quand je vous dis qu’il y avait un sentiment ROCK distinct dans le show de Smith.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn